Chez un bébé APLV, son système immunitaire identifie à tort une ou plusieurs protéines du lait de vache comme étant nocives et déclenche une réaction allergique. Cela entraîne des symptômes qui peuvent survenir immédiatement (de quelques minutes à quelques heures) après la consommation d'un aliment contenant des protéines de lait de vache ou prendre plus de temps (de quelques heures à quelques jours) pour se développer. Les symptômes varient, mais il peut y avoir des problèmes de peau (démangeaisons, eczéma), des problèmes digestifs (douleurs abdominales, selles fréquentes pouvant contenir du sang ou du mucus, constipation), des symptômes semblables à ceux du rhume des foins (éternuements, nez qui coule) ou des problèmes respiratoires (toux, respiration sifflante).

Le type d’APLV dépend de la réaction du système immunitaire aux protéines du lait de vache. L’APLV peut être médiée par l'IgE, non médiée par l'IgE ou un mélange des deux. Les différents types d’APLV sont associés à différents moments d'apparition des symptômes. Les symptômes eux-mêmes peuvent différer pour les différents types mais beaucoup se chevauchent. En savoir plus à ce sujet sur la page des différents types d’APLV.

L’APLV est souvent confondue avec les coliques ou l'intolérance au lactose, mais ce n’est pas la même chose. Renseignez-vous sur les différences sur les pages APLV et coliques et APLV ou intolérance au lactose.

L'APLV est la 3 ème allergie alimentaire la plus courante chez les enfants de moins de 3 ans. Elle touche entre 2% et 7,5% de tous les bébés, allaités et nourris au lait infantile. Cependant, plus des trois quarts des bébés présentant une APLV deviennent tolérants dans la petite enfance et peuvent ainsi revenir à une alimentation normale.