Pour les bébés allaités

L’allaitement maternel constitue la meilleure alimentation pour les nourrissons.  En cas d’APLV, l’allaitement maternel, s’il est encore possible, est la meilleure solution.

Les bébés allaités ont un risque moins important de développer des allergies aux protéines du lait de vache et le lait maternel est reconnu pour ses bénéfices sur le système immunitaire du bébé, qui est immature à la naissance.

Cependant, si vous, en tant que maman, mangez des aliments contenant des protéines de lait de vache, celles-ci sont susceptibles d'être transmises à votre bébé par le lait maternel.  Par conséquent, votre médecin pourra vous conseiller un régime d’exclusion pendant 2 à 3 semaines le temps de confirmer ou non le diagnostic. Cela s'appliquera également à tout autre produit contenant des protéines de lait d’origine animale (lait de chèvre, de brebis…)

Lien sur les aliments contenant les protéines du lait de vache en annexe

 

Si les symptômes s’améliorent nettement ou disparaissent pendant le régime d’exclusion, votre médecin pourra ensuite tenter une réintroduction progressive des PLV dans votre alimentation jusqu’à la dose maximale tolérée par votre enfant.  Il se peut que votre enfant réagisse encore et vous devrez alors retarder la réintroduction de l’allergène responsable de ses réactions et tenter à intervalles réguliers une réintroduction qui doit toujours être faite sous contrôle médical. Votre médecin vous conseillera probablement un supplément de calcium et de vitamine D pendant le régime d’exclusion. Si les symptômes ne s’améliorent pas, votre régime sera arrêté et votre médecin s’orientera vers un autre diagnostic.

 

A retenir

Vous devrez retirer toutes les sources de protéines de lait d’origine animale. Le lait et les produits laitiers, par exemple le yaourt et le fromage, sont les plus évidents, mais d’autres aliments, par exemple le pain, les céréales ou les sauces pourront contenir également des protéines de lait. Lisez attentivement les étiquettes de produits.